• Dans le camping-car, des séances de sophrologie

    Dans le camping-car, des séances de sophrologie

    Christine Drouet et Yvette Chauvin devant le camping-car réaménagé qui partira, dans le département, à la rencontre des aidants.

    Très éprouvés, les aidants familiaux ne prennent pas le temps de souffler. Pour eux, des sophrologues ont eu l’idée d’aménager un camping-car itinérant dans le département. Premières séances en septembre.

    On les appelle les aidants familiaux, ces personnes qui soutiennent au quotidien un proche atteint d’une grave maladie, d’un handicap, d’une lourde perte d’autonomie. Dans cette épreuve, certains y laissent leur santé, comme le montrent certaines études. Sophrologue caycédienne (1) à Nantes depuis 2003, Christine Drouet a travaillé avec la Maison des aidants nantaise, un lieu où ils trouvent des informations, du soutien. « Les aidants sont très occupés, ont peu de temps pour eux. Une séance d’une heure de sophrologie, c’est long. Si en plus, il faut ajouter un déplacement Beaucoup ne venaient pas à cause de ça. » Et pourtant, la sophrologue a constaté les bénéfices de cette technique de développement personnel qui leur permet de retrouver l’énergie, déculpabiliser de ne pas tout assumer seul, lâcher les pensées parasitaires, évacuer les tensions, etc. Il y a quelques années, elle pense déjà qu’il faut mettre en place des séances itinérantes, à la rencontre de ces personnes.

    En 2011, elle croise le chemin d’Yvette Chauvin, de Thouaré-sur-Loire. La mère et le compagnon de cette femme sont tous deux atteints d’un cancer. Régulièrement, Yvette a recours à la sophrologie, « pour décompresser ». « Lorsque Christine m’a parlé de son projet, j’ai trouvé tout de suite que c’était une idée judicieuse. Car j’ai vécu cette situation. Je ne prenais plus de temps pour moi, entre les malades et mon travail, je culpabilisais. Lorsqu’on est obligé de se poser une heure, on respire, on s’autorise à s’écouter, à se faire du bien. Il faut aller vers ces aidants qui souffrent. »

    Yvette Chauvin est aujourd’hui trésorière de l’association Être et avoir en vie, créée fin décembre 2013, présidée par Christine Drouet. « J’avais besoin de me prouver que je pouvais faire quelque chose, j’ai suivi Christine. »

    Le projet défini, elles déposent des dossiers de subventions. Et trouvent le camping-car idéal, rebaptisé Sophro-bus, aménagé avec le soutien de bénévoles. À partir de septembre, des sophrologues juste diplômés assureront les séances, payantes en fonction des revenus de chacun. « Ainsi, nous ne dépendons de personne, nous n’avons pas à louer de salles. Nous allons nous rendre sur les parkings des maisons de retraite, des hôpitaux par exemple. » Une initiative intéressante et innovante qui a reçu l’appui, pour l’instant, d’AG2R, du Gérontopôle des Pays de la Loire et du CCAS (Centre communal d’action sociale) de Nantes.

    ouest-france.fr – 29 juillet 2014

     

    (1) La sophrologie caycédienne a été fondée par Alfonso Caycedo en 1960.

    Laisser un commentaire →

Laisser un commentaire

Annuler la réponse